Sound Value analyse les cordes vocales des présidentiables

vendredi 27 avril 2012

Une étude menée en mars 2012 sur le timbre de la voix aux Etats-Unis dans les universités de Miami et de Durham par des biologistes et chercheurs en science politique démontre que, quel que soit le groupe (segmenté par sexe), on vote plus pour une voix grave…Les femmes préfèrent les hommes qui ont des voix graves. Les basses s'entendent de loin et sont perçues comme plus rassurantes.
On le sait, la voix transporte des intentions et des émotions.  En avril 2012, Sound Value a analysé les cordes vocales des présidentiables. Des résultats intéressants car ils sont significatifs du point de vue de la maîtrise de l’image d’un certain nombre de points qu’il est intéressant de partager.



Ce travail scientifique prouve que la cohérence du message « émotionnel » porté par la voix est fortement liée à l’agrément au candidat. Ont été testées, l’agrément, la reconnaissance, la saturation et la force du message sur la base d’un même échantillon : le discours d’entrée en campagne.

Comme les marques, dans un contexte où la relation est concurrentielle, l’homme politique cherche à créer de la préférence auprès des Français. Et sa voix est un élément de conviction et de préférence. Elle produit une image sonore qui est à mettre en cohérence (ou pas) avec son image politique.

Par exemple, celle de Nicolas Sarkozy module à l’envie. C’est lui qui est perçu par le panel comme le plus maîtrisé. Avez-vous vu le candidat-président en meeting, sa manière de moduler ses intentions entre conviction, enthousiasme, empathie, indignation et de temps en temps autorité ? Une vraie capacité à maîtriser qu’il a montrée au Grand Journal de Canal + où il a exploité la corde sensible de sa corde vocale avec maestria.

Cependant la totale maîtrise fonctionne bien sans référentiel de bilan. Car effectivement, quand il n’y a pas de faille dans cette image maîtrisée, il n’y a pas de problème d’incohérence entre l’image sonore et l’image du présidentiable. Cela a bien fonctionné lors des élections de 2007. Mais cela marche beaucoup moins bien lorsque l’image est confrontée au bilan.

La cohérence du message est un vecteur d’adhésion/d’agrément

La voix de François Hollande est perçue par les répondants comme exprimant force et robustesse, on a un vrai travail de compensation de l’image politico-médiatique qui  positionnait ce candidat comme mou. Cette technique du contrepoint est intéressante car elle permet de compenser par la corde vocale, par une image sonore, une image perçue. Mais il est très important de bien tenir cette intention de la corde vocale dans la durée. Sinon, l’effet induit sera le doute sur l’endurance de François Hollande. Aura-t-il l’énergie et le sens du combat dans la durée ?

Si Eva Joly a une corde vocale considérée comme émotionnelle, on peut dire que celle-ci n’est pas vraiment en phase avec son image de présidentiable qui est perçue comme autoritaire. Peu d’agrément, car peu de cohérence entre l’image perçue et l’image sonore. Peut-être la candidate devrait-elle plus s’appuyer sur ce qu’elle est vraiment. En tout cas, sur ce que traduit sa voix.

La voix de Philippe Poutou, qui est perçue comme la plus douce et la plus chaleureuse et associée à la force, la jeunesse et la légèreté, détonne dans ce paysage sonore politique. Elle est en cohérence avec l’image de l’homme. Mais pas avec celle prônée par les idées du combat qu’il défend. Ce n’est pas,  par conséquent, un critère d’efficacité.


Dans ce baromètre, le palmarès est  le suivant:

-       Voix les plus reconnues : Nicolas Sarkozy et de Marine Le Pen puis François Hollande
-       Voix les plus appréciées : Philippe Poutou et Nicolas Dupont Aignant
-       Voix produisant la plus faible saturation : Philippe Poutou et Jacques Cheminade

François Hollande et  Nicolas Sarkozy sont les grands gagnants en ce qui concerne l’efficacité de leur communication sonore mais attention au phénomène de saturation grandissant.

La musique des mots est tout aussi importante que les mots eux-mêmes.

Mais, n’oublions jamais qu’une voix peut toujours trahir un sentiment profond. Si ce sentiment est en opposition à l’image perçue du candidat, cette voix devient un vecteur d’incohérence qui nuit à l’adhésion.

video
Sound Value a été repris dans le JT de M6
Et pour ceux que cela intéresse, j'interviens dans la matinale de Radio Classique le 2 mai à 8h20.



A suivre...

2 commentaires:

Sophie Callies a dit…

Merci pour ce papier Olivier. Le seul original dans ce raz-de-marée médiatique

Anonyme a dit…

Merci Sophie. Ce raz de marée est un vrai vecteur de saturation…

Enregistrer un commentaire